• Français
  • English

Créée le 11 juin 1948, la Chambre de Commerce et d’Industrie du Burkina Faso (CCI-BF) accorde une place de choix à la formation professionnelle, creuset de l’émergence d’un secteur privé moderne et pourvoyeur de compétences dans les domaines stratégiques de développement au Burkina Faso. La politique de formation professionnelle de la CCI- BF s’exerce dans le cadre d’une de ses trois missions en l’occurrence la mission administrative par laquelle elle offre des services d’utilité publique au bénéfice de la communauté des affaires et de tous les citoyens burkinabè. Pour le cas spécifique de la promotion de l’emploi, une Direction chargée de la Formation Professionnelle (DFP) a été créée pour animer et gérer les activités des différents centres de formation.

Notre dispositif de formation prend en compte l’alphabétisation en milieu du travail dont le but est l’amélioration des performances des acteurs du secteur informel en vue de leur migration vers l’économie formelle.

La CCI-BF apporte également sa contribution au pilotage de la formation professionnelle (adaptation de l’offre de formation aux besoins du système économique) à travers le Centre d’Etudes des Métiers et des qualifications (CEMEQ) qui est chargé d’assurer un  service d’ingénierie de formation destiné aux opérateurs économiques.

Le point d’honneur de ce dispositif de renforcement des capacités des acteurs du secteur privé est la mise en place, au sein de l’Assemblée Plénière de la CCI-BF, d’une commission spécialisée chargée de la formation professionnelle. Elle a pour mission de mener une réflexion permanente sur l’état de la formation professionnelle au Burkina Faso en adéquation avec les besoins du secteur privé en vue de proposer à la CCI-BF les nouvelles orientations à prendre dans le cadre de l’exécution de cette mission.

Les différents centres de formation opérationnelle et les projets en vue

Au fil des années, notre Institution a créé des centres de formation opérationnelle dans le cadre de l’appui et de l’assistance qu’elle apporte aux acteurs du secteur privé burkinabè. La création de ces centres vise à contribuer à rehausser la qualité des prestations dans les secteurs où ils interviennent, mais aussi à renforcer le partenariat « public-privé ». Les principaux centres sont :

  • l’Ecole des Professions Commerciales (EPC) dont l’offre de formation concerne les professionnels des activités commerciales (déclarant en douane et transit) ;
  • le Centre de Formation Touristique et Hôtelière (CFTH) qui est le fruit d’un partenariat tripartite CCI-BF, Ministère chargé du tourisme et professionnels du tourisme ; il assure une formation initiale des jeunes désirant exercer les métiers de l’hôtellerie et de la restauration, et un perfectionnement des personnels en cours d'emploi dans les établissements de tourisme des secteurs public et privé;
  • le Centre de Formation en Transport Routier et Activités Auxiliaires (CFTRA) créé par arrêté conjoint du Ministère en charge des transports et de celui en charge du commerce. Le CFTRA assure une formation avant emploi et le perfectionnement en cours d’emploi des personnels de l’Etat, des collectivités publiques et des secteurs parapublics et privés dans le domaine des transports routiers et branches auxiliaires ;
  • et l’Institut Supérieur du Génie Electrique du Burkina Faso (ISGE-BF) qui a été fondé à l’initiative de dix-huit (18) entreprises du secteur de l’énergie et des télécommunications, réunies autour de la CCI-BF. L’ISGE forme des Techniciens supérieurs et Ingénieurs de travaux en électricité industrielle, réseaux informatiques et télécommunications et en maintenance industrielle.

En termes de perspectives, nous avons des projets de création de nouveaux centres de formation. Il s’agit en l’occurrence de :

  • la création d’un centre de formation dans le secteur du Bâtiment et des Travaux Publics (BTP) en collaboration avec l’Agence Faso Baara et la Maison de l’Entreprise du Burkina Faso (MEBF) ;
  • l’ouverture d’un centre de formation dans le secteur des mines afin de répondre à la demande croissante de main d’œuvre spécifique à ce secteur ;
  • la mise en place d’un système de formation « sur demande » et adapté aux besoins des entreprises à travers le Projet Emploi des Jeunes et Développement des Compétences (PEJDEC).

La mise en œuvre de ces projets se fera dans le respect du dispositif dualiste qui vise une adéquation entre l’offre et la demande de compétences, toute chose qui permettra de résoudre, de façon durable, les problèmes de chômage et d’employabilité au Burkina Faso.

La CCI-BF, un investissement toujours renouvelé au service des entreprises!

Publications

LETTRE DE VEILLE N°56, MARS 2017

Observatoire du commerce extérieur

Découvrez la liste des accord et traités bilatéraux signés par le Burkina Faso depuis 2008.

Partenaires