Aller au contenu principal
Accueil \ Actualites \ Le Président de la CCI-BF fait du lobbying auprès des ports du Ghana

Flash info

11 juin 1948 - 11 juin 2022, la CCI du Burkina Faso commémore les 74 ans de sa création.

Le Président de la CCI-BF fait du lobbying auprès des ports du Ghana

Présent à Accra pour les 4èmes Journées de promotion économique et commerciale dont il est le parrain, Monsieur Mahamadi SAVADOGO a eu une série d’audiences et de séances de travail avec des partenaires stratégiques du secteur privé burkinabè.
 
Hier 28 septembre, à la tête d’une importante délégation d’hommes d’affaires, il a échangé avec les responsables de l’Autorité des ports du Ghana. Plusieurs préoccupations ont été mises sur la table de discussion. Il s’agit précisément du paiement de la TVA sur les marchandises en transit pour lequel la Chambre de Commerce et d’Industrie demande une suppression ; et l’application des redevances par les compagnies maritimes dont l’harmonisation des tarifs a été souhaitée.
 
La délégation a également fait un plaidoyer pour une baisse des coûts pratiqués pour les différentes opérations portuaires, toute chose qui pourrait augmenter le volume des marchandises en transit. Les difficultés liées à la gestion du fret notamment les quotas définis pour le transport des marchandises n’ont pas été occultés de même que les différentes tracasseries subies par les transporteurs burkinabè sur le corridor ghanéen.
En réponse, le Directeur Général de l’Autorité des ports du Ghana, Monsieur Michael Achagwe LUGUJE, a fortement apprécié la démarche de la Chambre de Commerce et d’Industrie et réitéré la reconnaissance de son Institution à l’ensemble des importateurs et transporteurs burkinabè.
« Sur certaines questions évoquées, je dois dire que des réformes sont déjà en cours parce que nous sommes conscients de la nécessité d’améliorer nos prestations. Une mission de prospection a séjourné au Burkina Faso il y a de cela quelques mois, et nous sommes en train d’examiner l’ensemble des préoccupations collectées à l’occasion », a- t- il indiqué à l’issue des échanges.
 
Sur sollicitation de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Burkina Faso, les deux parties ont convenu de mettre en place un Comité de suivi de la mise en œuvre des diligences et recommandations.