Aller au contenu principal
Accueil \ Actualites \ Situation nationale: le Premier Ministre échange avec le secteur privé

Flash info

11 juin 1948 - 11 juin 2022, la CCI du Burkina Faso commémore les 74 ans de sa création.

Situation nationale: le Premier Ministre échange avec le secteur privé

Le samedi 03 septembre dernier, le Premier Ministre a eu des échanges avec une délégation d’hommes d’affaires burkinabè conduite par Monsieur Mahamadi SAVADOGO, Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Burkina Faso. Avec les capitaines d’entreprises, le Chef du Gouvernement a passé en revue les questions prioritaires de la Nation et celles relatives à la situation économique difficile qui affecte le secteur privé dans son ensemble et partant les populations burkinabè. 

Entouré de ses plus proches collaborateurs et de Madame Valérie KABORE, Ministre en charge de la Communication, SEM. Albert OUEDRAOGO a rappelé les quatre priorités assignées à son Gouvernement à savoir la restauration de l’intégrité du territoire, la gestion des défis humanitaires, l’amélioration de la gouvernance et la réconciliation nationale.

Il a ensuite félicité et encouragé le secteur privé pour sa grande capacité de résilience dans un contexte national difficile et une conjoncture économique mondiale préoccupante. Nonobstant ces vicissitudes, les hommes d’affaires se sont toujours montrés solidaires à travers des initiatives personnelles et/ou collectives en soutien aux forces de défenses et de sécurité ainsi qu’aux personnes déplacés internes. « Le Gouvernement est très reconnaissant pour cette solidarité spontanée », a-t- il indiqué en précisant que le leitmotiv est désormais de développer l’entreprenariat privé local pour un secteur privé national fort, résilient et acteur d’une paix durable au Burkina Faso.

Prenant la parole au nom du Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie, Monsieur Idrissa NASSA, Premier Vice-Président de l’Institution consulaire, s’est réjoui de l’initiative du Chef du Gouvernement consistant à associer toutes les parties prenantes au dialogue pour une bonne conduite de la Transition. « Le monde des affaires est satisfait du raffermissement des relations entre le Gouvernement et le secteur privé, et surtout de la nouvelle dynamique de dialogue instaurée depuis votre arrivée à la Primature », a confié le porte- parole de la délégation.

Au sujet de la situation économique nationale, il a sollicité le soutien du Premier Ministre pour la mise en place d’un plan de relance de l’économie qui renforcera non seulement la résilience des entreprises face aux effets des crises sanitaires et sécuritaires mais créera de meilleures conditions pour le renforcement de la compétitivité des entreprises burkinabè.

Il a terminé son propos en formulant le vœu de voir le Gouvernement engagé aux côtés de la Chambre de Commerce et d’Industrie qui adoptera le 15 septembre prochain son Plan Stratégique pour la Mandature 2021- 2026. Aussi, est-il prévu du 19 au 21 octobre, la tenue à Ouagadougou de la 7ème édition du forum de développement international des entreprises « AFRICALLIA 2022 ».

Bien d’autres préoccupations et projets structurants ont été portés à la connaissance du Premier Ministre à savoir :

- la mobilisation d’un site pour la construction du port sec multimodal de Ouagadougou en vue de la délocalisation de « Ouagarinter » ;

- la sécurisation des infrastructures économiques majeures et des principaux axes routiers ;

- l’amélioration du climat des affaires par une réduction des coûts des facteurs de production, la dématérialisation des procédures applicables aux entreprises et la réforme des licences d’affaires ;

- le maintien de la dynamique de la commande publique tout en l’assainissant afin d’en faire un outil de relance des entreprises durement affectés par la triple crise sécuritaire, humanitaire et sanitaire ;

- la prise de mesures d’atténuation des effets de la conjoncture internationale sur la disponibilité et les prix des produits de grande consommation ;

- l’interdiction de certaines pratiques assimilées à la concurrence déloyale notamment les achats bord champ pratiqués de manière anarchique par certains acteurs ;

- l’indemnisation des entreprises victimes de casses lors des évènements de 2011, 2014 et 2015, etc.

Cette importante rencontre a été l’occasion pour le Premier Vice- Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de souligner que les hommes d’affaires, précisément ceux qui dirigent l’Institution consulaire, n’ont aucune ambition politique contrairement à ce qui se susurre çà et là. « Nous exerçons notre mandat d’élus consulaires dans le seul but de contribuer au développement du secteur privé et de la Nation burkinabè », a conclu M. Idrissa NASSA.