Aller au contenu principal
Accueil \ Infrastructures Economiques \ Port sec de Bobo-Dioulasso

Flash info

La CCI-BF, l'excellence au service d'un secteur privé prospère!

Port sec de Bobo-Dioulasso

  • Présentation

Le Port sec de Bobo-Dioulasso (BOBORINTER) est une infrastructure de réception et de traitement de marchandises à l’importation et à l’exportation, réalisée par la Chambre de Commerce et d’Industrie du Burkina Faso (BF) au profit des opérateurs économiques et de l’administration publique notamment l’administration des douanes. Il est un lieu d’accomplissement des formalités de commerce extérieur tel que le dédouanement des marchandises, la délivrance de certificats, l’évaluation, l’inspection, le transit, le suivi électronique, le scannage, l’entreposage, le pesage, etc. ce qui lui confère le statut de guichet unique.

Le projet de réaliser un port sec à Bobo-Dioulasso a été envisagé dans les années 1980. Son objectif était de contribuer à la relance du développement économique de la région de Bobo-Dioulasso, à travers la réalisation d’une plateforme moderne de réception et de traitement de marchandises. A cet effet, un terrain de 120,91 hectares a été attribué à la Chambre de Commerce et d’Industrie du Burkina Faso (CCI-BF) en novembre 1983. Il est situé dans la zone industrielle, le long de la voie ferroviaire, non loin de l’aéroport de Bobo-Dioulasso. 

Pour sa réalisation, le projet a été envisagé en deux phases. La première phase a consisté en la construction d’une plateforme logistique multimodale sur une superficie de 19 hectares, extensibles à 40 hectares. D’un coût global d’environ 7 milliards de FCFA, cette plateforme (Boborinter) est entrée en exploitation en janvier 2010.

Les aménagements de la première phase du Port sec de Bobo-Dioulasso peuvent être répartis en six (06) zones essentielles :

  1. la zone sous douane : cette zone s’étend sur une superficie globale de 37 288 m² et comprend :
  • un magasin sous douane de 2 500 m2 desservi par un embranchement ferroviaire d’une longueur totale d’environ 166 m pouvant accueillir sept (07) wagons,
  • un terre-plein en sol compacté d’environ 19 600 m² pouvant accueillir environ 102 camions et 66 véhicules légers d’importation en attente de dédouanement ;
  • un magasin d’exportation d’environ 600 m² ;
  • un scanner.
  1. la zone du Terminal à conteneurs : d’une superficie de 30 185 m², la zone comprend :
  • une plateforme à conteneurs en béton d’environ 16 355 m² ;
  • un terre-plein en sol compacté d’environ 6 820 m² qui sert de parking pour les engins de manutention et les camions de livraison.;
  • un embranchement ferroviaire d’une longueur totale de 215 m dont 138 m dessert directement la plateforme à conteneurs ;
  • un bâtiment administratif de 220 m² comportant les bureaux du TRCB ;
  • un atelier de maintenance de 455 m², destiné à l’entretien des engins de manutention et des camions de livraison.
  1. la zone de transit étranger se structure en deux (02) espaces distincts dont :
  • un terre-plein en sol compacté d’environ 19 989 m² affecté au stationnement des camions de marchandises diverses en transit ;
  • un terre-plein en sol compacté d’environ 13 500 m² destiné au stationnement des camions citernes d’hydrocarbures (pétrole, essence, gasoil et gaz) en transit.  Cette zone comprend :
    • un local de mousse anti incendie d’une capacité de 4 000 litres pour des besoins de sécurité incendie ;
    • une bâche à eau de 200 m3 pour l’alimentation des 16 robinets d’incendie armés (RIA) et des 09 bouches d’incendie;
    • une sous zone tampon d’une superficie de 3 426 m² pour des besoins sécuritaires.
  1. la zone hors douane : d’une une superficie totale de 23 345 m², elle comprend:
  • un magasin hors douane d’environ 2 500 m² ;
  • un terre-plein hors douane en sol compacté de 14 380 m².
  1. le centre de vie : d’une superficie totale de 8 520 m², cette zone comprend :
  • un restaurant ;
  • un espace de sport ;
  • un abri servant d’espace de repos pour les chauffeurs ;
  • des toilettes et douches publiques.
  1. la zone administrative : elle est réservée aux différents bureaux chargés de la gestion du port sec et ceux abritant les services des prestataires opérant directement sur le site de Boborinter. Etablie sur une superficie de 17 398 m², cette zone est constituée de quatre (04) bâtiments administratifs que sont :
  • le bâtiment de la douane ;
  • le bâtiment de la Chambre de commerce et d’Industrie ;
  • le bâtiment du Laboratoire National de Santé Publique (LNSP) ;
  • le bâtiment multiservice, composé de 13 bureaux principalement réservés à la location.

En plus de ces zones, la plateforme dispose d’une zone de pesage des camions équipé d’un pont bascule d’une capacité de 100 tonnes, d’un château d’eau de 60 m3, des voies de circulations bitumées d’une longueur d’environ 1 250 m, des postes de contrôle (guérites), d’un dispositif d’éclairage public, d’un réseau de sécurité incendie (bâche à eaux, poteaux d’incendie, RIA, extincteurs). Il faut également noter que toute l’enceinte est clôturée par un mur d’une hauteur de 2,65 m.

Aussi, au regard de l’importance du volume des activités sur le site et de sa position stratégique, la sécurité de l’infrastructure est assurée par une unité de la gendarmerie dénommée « Peloton de Surveillance et d’Intervention de la Gendarmerie (PSIG) » et d’une société privé de gardiennage.

  • Chiffres clés

L’analyse des activités indique que de 2010 à 2018, les résultats d’exploitation du port sont dans une tendance haussière. Le volume global des marchandises traitées sur la plateforme est passé de 250 000 tonnes en 2009 sur l’ancien site Bobogare, à plus 1 200 000 tonnes en 2017 sur le site du port sec. Sur la même période, l’analyse des recettes générées constituées principalement de deux grands ordres, montre qu’elles sont dans une tendance haussière. Elles sont passées de 38 188 177 074 FCFA en 2010 à plus de 115 000 000 000 FCFA en 2018 pour ce qui est des recettes douanières. Pour les recettes de la CCI-BF, elles sont passées de 350 Millions FCFA en 2010 à plus de 1 046 000 00 de FCFA en 2018.

  • Conditions d’utilisation

Le Port Sec fonctionne à l’image d’un « guichet unique ». Il regroupe plusieurs services tant du public que du privé offrant diverses prestations aux usagers.

Il y a d’abord la Chambre de Commerce et d’Industrie du Burkina Faso qui a la propriété du site et la gestion de l’infrastructure. Elle offre diverses prestations dont les services d’assistance/conseil aux opérateurs, la délivrance de documents nécessaires à l’accomplissement des formalités douanières, les services de location (espace, magasin, bureaux), le pesage des camions, etc.

Ensuite, il y a l’administration des douanes qui est chargé des formalités de dédouanement des marchandises ainsi que les formalités de transit, de scannage et de suivi électronique.

Il y a également le Laboratoire National de Santé Publique (LNSP), les services Phytosanitaires et des ressources animales qui sont en charge des questions d’inspection des marchandises avant consommation.

On a également les prestataires privés tels que le Terminal à Conteneurs (TRCB), qui offre des services de manutention des conteneurs, les armateurs, commissionnaires agréé en douane, transitaires qui offrent eux aussi divers services aux usagers en matière de dédouanement.

Il y a enfin, le Conseil Burkinabé des Chargeurs (CBC), l’OTRAF et le syndicat des chauffeurs qui assistent les chargeurs, les transporteurs et les chauffeurs.

  • Contacts

Directeur du Port Sec

François DRABO

Tél : (+226) 20 97 01 50 / 51

Mobile : (+226 70 53 15 40 / 76 03 69 79)

Email : francois.drabo@cci.bf

Chef de Bureau des Douanes du Port Sec

Robert KONTOGOM

Tél : (+226) 70 23 08 93

Email : kontogomrobert@yahoo.fr

Image: